licencias para trabajar con un food truck

De quels permis ou licences ai-je besoin pour exploiter un camion-restaurant ?

La première question que se pose toute personne souhaitant créer un food truck est de savoir quels sont les permis requis pour l’exploitation d’un food truck. Essayons d’être clairs et simples.

Vous avez besoin de 3 types de permis pour exploiter un food truck en Espagne :

1- permis de circulation

2- pour les travailleurs et

3- pour le lieu de travail.

1- Permis de circulation pour les camions alimentaires :

 

  • Homologation :

    Le food truck (remorque ou camionnette) doit être agréé en tant que commerce ambulant. L’homologation 4051 concerne les remorques de moins de 750 kg. et 4151 pour les véhicules de plus de 1 500 kg. Cette approbation du ministère de l’industrie est valable pour toute l’Europe et doit être reflétée dans la fiche technique. Il certifie que la construction du véhicule est conforme à toutes les réglementations administratives et techniques établies en Europe, telles que définies dans le RD 750/2010 pour ce type de véhicule.

    Lors de l’achat d’un nouveau food truck, vous devez exiger cette autorisation du vendeur. S’il s’agit d’un véhicule d’occasion non homologué, vous devrez faire appel à une société d’ingénierie qui vous facturera environ 1 000 euros. Si le véhicule a été fabriqué avant 1986, il n’est pas possible de le réceptionner.

  • Permis de conduire :

    Ce document certifie que le véhicule peut être conduit et utilisé pour des activités de vente. Il est fourni par le fabricant. Si vous achetez un food truck d’occasion, il est très important que vous demandiez ce document et qu’il soit en ordre. Sans cela, vous devrez louer une grue pour déplacer votre camion-restaurant, ce qui rendra plus onéreux tout travail effectué dans un lieu autre que votre base.

  • Fiche technique :

    Contient les caractéristiques du véhicule, le numéro de châssis, l’homologation et les données du constructeur. Si le véhicule doit être soumis à un contrôle technique, ce document en porte la mention.

  • Assurance :

    Il est conseillé d’avoir une assurance responsabilité civile pour couvrir les risques de l’activité dus aux éléments électriques, aux incendies, aux travailleurs, aux denrées alimentaires… Pour certains événements, il est essentiel de disposer d’une telle assurance pour couvrir les employés, les incidents avec les clients ou une éventuelle intoxication alimentaire.

    L’assurance pour la conduite n’est pas nécessaire, l’assurance automobile suffit pour autant que le poids de la remorque vide ne dépasse pas 750 kg. Tous les modèles de Food truck LACOMMA, à savoir les remorques d’un poids inférieur à 750 kg. Ils n’ont pas besoin d’un permis de conduire spécial, ni d’une plaque d’immatriculation propre (uniquement un double de la plaque d’immatriculation du véhicule), ni d’un contrôle technique, ni d’une assurance propre, l’assurance de la voiture suffit.

    La société LACOMMA, après avoir travaillé avec des fourgonnettes et des caravanes, a décidé de se concentrer sur ce type de véhicule qui nécessite moins d’investissement et facilite l’entrée dans le business du food truck, bien que si vous êtes intéressé, nous fabriquons également des remorques de 1.500Kg.

  • Bulletin lumineux :

    Il s’agit d’un rapport technique sur la conception de l’installation électrique. Il s’agit d’un document qui certifie la puissance prévue, le type de véhicule, la disposition de l’installation et le numéro d’enregistrement de l’installation. Il doit être scellé par une entreprise ou un installateur électrique agréé.

  • Bulletin de gaz :

    Il n’est nécessaire que lors de l’utilisation d’appareils à gaz butane ou propane. L’installation doit être réalisée et certifiée par un technicien agréé, qui doit s’assurer que l’installation est conforme à toutes les mesures de sécurité.

  • Certificat de santé :

    Il certifie que la remorque est conforme aux exigences de la réglementation en matière de santé et d’hygiène de l’Union européenne.
    Règlement européen (UE) n° 852/2004
    du Parlement européen sur l’hygiène des denrées alimentaires. En outre, comme tous les établissements de restauration, nous sommes tenus d’informer sur les allergènes et de disposer des données de traçabilité des produits en vente dans le food truck. 

2- Congé du travailleur

 

  • Licence de manutentionnaire de denrées alimentaires :

    Chaque personne travaillant dans le food truck doit être en possession de cette carte qui certifie que la personne a suivi un cours sur la sécurité alimentaire et qu’elle sait comment cuire, traiter et conserver les aliments afin d’éviter les intoxications alimentaires. Il est obligatoire pour toute personne travaillant directement ou indirectement avec des denrées alimentaires. Disponible
    en ligne
    ou en personne.

  • Inscription à la sécurité sociale :

    Comme dans toute activité économique, le travailleur doit avoir un contrat de travail ou être enregistré en tant que travailleur indépendant dans l’IAE (impôt sur les activités économiques).

3- Permis de travail

 

Où puis-je travailler avec un food truck ? C’est la partie qui suscite le plus de doutes en Espagne et les options sont nombreuses. Vous aurez besoin d’un permis des autorités, mais cela varie en fonction du type d’endroit.

  • Voies publiques :

    En Espagne, l’activité des food trucks est considérée comme de la vente ambulante et ce sont les conseils locaux qui accordent l’autorisation administrative ou la concession pour s’installer dans la rue. Les municipalités ont le dernier mot lorsqu’il s’agit d’accorder ou de refuser un permis de voirie. En général, ce type d’autorisation est accordé si les aliments vendus sont typiques de la région (cela varie d’une province à l’autre), pour les churrerías ou pour les événements où plusieurs food trucks se rassemblent et pour les fêtes populaires. Vous pouvez consulter la loi réglementant l’exercice de la vente ambulante ou non sédentaire sur ce site.
    lien

  • Plages :

    Il n’est pas impossible d’obtenir un permis pour les food trucks sur une promenade ou une plage, mais ce n’est pas facile non plus. La plage doit répondre à certaines exigences, telles que l’absence d’autres entreprises hôtelières et de restauration à proximité qui nous font concurrence, et la décision d’accorder le permis peut ne pas dépendre du conseil local mais du Costas (ministère de l’environnement).

  • Événements ou festivals :

    C’est l’organisateur de l’événement qui demande les autorisations au conseil municipal et qui s’occupe ensuite de l’installation des food trucks. La redevance versée à l’organisateur sert à gérer les autorisations, à faire de la publicité et à organiser d’autres activités qui attirent le public.

  • Espace privé :

    C’est une autre option pour installer votre food truck si vous disposez d’un terrain, d’un parking, d’une terrasse… Il est également possible de louer un espace dans les centres commerciaux ou de proposer les services du food truck lors d’événements privés, dans des fermes, des restaurants, des parkings de discothèques… Ici, l’imagination est de mise pour prendre l’avantage.

J’espère que ce récapitulatif des autorisations nécessaires pour démarrer une activité de food truck vous a été utile. Nous développerons les informations dans d’autres posts avec des exemples concrets. Laissez-nous vos commentaires ou racontez-nous votre expérience, ce qui contribuera certainement à dissiper de nombreux doutes parmi nous tous.

Retour en haut